En passant

Soirée cinéma

Hier, je me suis fait un petit cinoche.

Pour acheter mon billet, je me suis retrouvée devant madame la borne car de toute évidence, la modernité passe par la suppression des caissières.

Avant de procéder au paiement, j’ai dû choisir ma place. Pas facile quand on ne connait pas la salle. Je m’en sentais incapable car j’ai besoin de sentir l’espace. J’ai cherché en vain à passer outre mais après 4 annulations, j’ai bien été obligée d’obtempérer. Mais surtout, comment savoir où se trouvent les mangeurs de popcorn, les froisseurs de papiers bonbon, les suceurs de glace, les silhouettes trop grandes ?

Par chance, la salle était vide.

Image

Grandeur nature

Escapade dans les Pyrénées. Nuits en refuge et cabane laissés ouverts hors saison estivale.
C’est en immersion totale dans la nature que je ressens une pleine sérénité.
J’aime l’effort, sentir la fatigue dans mes jambes, mon souffle court… J’aime voir la nature à perte de vue sans trace humaine. J’aime les nuits noires et les matins lumineux. Alors, je me sens vivante…

En passant

Laurent Gaudé

Au programme d’Alice en classe de 3ème, 5 livres à lire en 2 mois.
5 romans de Laurent Gaudé : Cris, Ouragan, Eldorado, Pour seul cortège et La mort du roi Tsongor.

Alice laisse passer les jours… Elle préfère courir que lire… repoussant au lendemain l’absorption de tous ces mots…

Moi, je me suis lancée avec frénésie. J’aime l’écriture de Gaudé… jusqu’à l’asphyxie. La honte, la cruauté, les regrets, les erreurs… constituent ses personnages. Ce sont des hommes ordinaires dont les circonstances extraordinaires les mettent à nu, laissant exprimer leur force et faiblesse, leurs doutes et certitudes, le plus souvent jusqu’à la folie. Obscure et lumineux comme le tréfonds des âmes. Gaudé réveille notre humanité…