En passant

Laurent Gaudé

Au programme d’Alice en classe de 3ème, 5 livres à lire en 2 mois.
5 romans de Laurent Gaudé : Cris, Ouragan, Eldorado, Pour seul cortège et La mort du roi Tsongor.

Alice laisse passer les jours… Elle préfère courir que lire… repoussant au lendemain l’absorption de tous ces mots…

Moi, je me suis lancée avec frénésie. J’aime l’écriture de Gaudé… jusqu’à l’asphyxie. La honte, la cruauté, les regrets, les erreurs… constituent ses personnages. Ce sont des hommes ordinaires dont les circonstances extraordinaires les mettent à nu, laissant exprimer leur force et faiblesse, leurs doutes et certitudes, le plus souvent jusqu’à la folie. Obscure et lumineux comme le tréfonds des âmes. Gaudé réveille notre humanité…

En passant

Colline de Jean Giono

Je n’avais pas relu Giono depuis le lycée. J’ai ouvert son roman « Colline » pour ne plus le lâcher, émerveillée par sa langue fleurie et poétique. Un huis-clos situé dans un hameau isolé sur les terres de Provence, secoué par une nature impérieuse et les superstitions. Magicien des mots, Giono manie les figures de style avec brio. De la haute voltige.

livre-colline

En passant

Little House in the Big Woods

Vous cherchez peut-être à progresser en anglais ?
Alors que les magazines Vocable encore cellophanés s’entassaient, j’ai ouvert « Little House in the Big Woods » écrit par Laura Ingalls Wilder, l’auteure de « La petite maison dans la prairie ». Un récit autobiographique qui relate, au fil des saisons, sa prime jeunesse dans une petite maison isolée, entre travaux des champs et fabrication du fromage…
Certes, un livre pour enfant, mais très agréable à lire quand on s’attaque pour la première fois à un roman dans la langue de Shakespeare.

En passant

La nuit des temps de Barjavel

Je viens de relire « La nuit des temps » de Barjavel. Un roman de science fiction visionnaire sur ce que l’Homme est capable de produire, le meilleur comme le pire. Une expédition polaire, une histoire d’amour, une quête d’absolu… Je me souviens, adolescente, avoir pleuré en refermant ce livre. Sans doute désabusée, aujourd’hui, j’ai versé une larme sèche.

barjavel-la-nuit-des-temps